Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Edito

Bonjour à tous, je vous souhaite la bienvenue sur le blog du lycée Rodin qui est consacré aux classes de prépa HEC ECE 1 et ECE 2.

L'idée est donc de réunir des élements de cours, articles, photos, vidéos, audio...

Le blog est également un lieu d'échanges et d'actualités, vous pouvez donc réagir en commentant les articles.

(Pour demander les droits d'administration / contact :pillon.veronique@gmail.com

Bon courage à tous pour le travail à venir...

RLC

Recherche

les podcasts

logo France Inter

Carrefour de l'Economie | Brigitte Jeanperrin
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_11292.xml

Le Débat économique | Dominique Seux & Bernard Marris
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_18783.xml

L'édito éco | Dominique Seux
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_18770.xml

 

logo de franceculture 

L'économie en question | Dominique Rousset
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_10080.xml

L'esprit public | Philippe Meyer
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_16119.xm

Les carnets de l'économie

link



Fiches réalisées par les ECE2

la première fiche de khôlle: les jeunes forment-ils un groupe social?

 Critique de l’approche en termes de déterminisme social dans la sociologie contemporaine

Rachida Dati

 l'échange international de services

le protectionnisme est-il d'actualité en Europe?

le commerce de différences

Catégories

9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 15:50

Le 23 juin 2014

in "RAPPORT ANNUEL 2013
DE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET DE LA POSITION EXTERIEURE DE LA FRANCE"

La Banque de France publie ce jour les résultats annuels 2013 de la balance des paiements de la France.

En 2013, le solde des transactions courantes est déficitaire de 30,3 milliards d’euros, soit 1,4 % du PIB. Ce déficit ne marque pas de réelle amélioration par rapport à celui de 2012 qui est de

31,8 milliards1.

Ces chiffres sont élaborés pour la première fois selon la nouvelle méthodologie du Fonds Monétaire International, qui permet de mieux refléter la chaîne mondiale des échanges internationaux de biens et services. Les données publiées les années antérieures ont donc été révisées pour intégrer à cette occasion l’ensemble des améliorations de mesure. Ces révisions conduisent notamment à réduire, à hauteur de 0,4 point de PIB sur chacune des années 2011 à 2013, le déficit des transactions courantes.

L’indicateur européen des transactions courantes ressort à – 1,3%2 pour la France, soit une valeur qui ne se situe pas dans la zone d’alerte. Le seuil d’alerte fixé par la Commission européenne est franchi lorsqu’en moyenne durant les trois dernières années, le solde des transactions courantes est inférieur à -4 % ou supérieur à +6 % du PIB.

Première composante des transactions courantes, les échanges de biens et de services poursuivent en 2013 l’amélioration observée en 2012. Le déficit des biens et services s’établit en 2013 à 24 milliards soit une réduction de 6 milliards par rapport à l’année précédente. En 2012, il s’était réduit de 11 milliards par rapport à 2011.

Cette diminution du déficit des biens et services est due au fléchissement des importations de biens, qui baissent de 2%, à 480 milliards, alors qu’elles étaient stables en 2012. La baisse des prix du baril en euros (-5,8 % en 2013) contribue fortement à celle de la facture énergétique (-6,9 % selon les données douanières CAF-FAB). Plus généralement, les importations de la plupart des grandes classes de produits décroissent.

Les exportations de biens sont stables en valeur en 2013, à 437 milliards et enregistrent une légère diminution en fin d'année.
L’essentiel du déficit des biens de la France provient du déséquilibre de ses échanges avec la zone euro (-31 milliards sur -42 au total), en particulier avec l’Allemagne.

1 Chiffre révisé selon la nouvelle méthodologie du Fonds Monétaire International.
2 Actualisé avec les données du présent rapport et des comptes nationaux établis selon les nouvelles normes internationales.

Les échanges de services dégagent un excédent comme les années précédentes mais cet excédent est en diminution. Il passe de 25 milliards en 2012 à 18 milliards en 2013. Les échanges de services (ensemble des services importés et exportés) sont certes plus dynamiques que ceux de biens. Cela résulte de multiples facteurs, dont les possibilités qu’offrent les technologies de l’information pour vendre des services à distance. Mais les importations de services croissent davantage que les exportations (respectivement +9% et +4%).

Les voyages restent une composante importante des exportations de services. Les recettes nettes, quasi stables en 2013, avaient progressé de 3 milliards de 2011 à 2012 pour atteindre 10 milliards.

Les pays qui contribuent le plus à l’excédent des services sont la Suisse, le Royaume-Uni et l’Allemagne. De façon plus générale, la France enregistre un excédent – souvent modeste – avec la plupart des pays.

Seconde composante des transactions courantes, les revenus enregistrent une nouvelle baisse, passant de – 2 milliards en 2012 à - 6 milliards en 2013. Leur solde était positif en 2011. Le rôle significatif des revenus dans les transactions courantes reflète principalement les profits tirés de l’activité internationale des groupes français et, en sens inverse, la charge d’intérêts de l’endettement auprès des non-résidents.

La baisse observée est due plus particulièrement à la réduction de la détention de titres obligataires étrangers et à la baisse de leur rendement – ce qui diminue les revenus perçus - mais aussi à la hausse de l’endettement vis-à-vis des non-résidents. Les investisseurs étrangers ont en effet accru leur intérêt pour la dette française – notamment publique - et à ce titre davantage de revenus leur ont été versés.

* **

Partager cet article

Repost 0
Published by Administrateur
commenter cet article

commentaires