Lycée Rodin Prépa HEC

Jeffrey D.Sachs au sujet de l'excédent des exportations allemandes

16 Mars 2014 , Rédigé par Breitenstein Publié dans #Allemand

http://www.zeit.de/wirtschaft/2014-03/deutschland-export-eu

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Océane Codjia (ece2) 19/03/2014 10:02


L’ALLEMAGNE FREINE-T-ELLE L'ÉCONOMIE MONDIALE ?


La commission de l'UE réprimande les excédents d'exportation gigantesques de l'Allemagne


Après les Etats-Unis et le FMI, c'est au tour de la commission européenne (Bruxelles) de s’attaquer à l’Allemagne. Les excédents d’exportations énormes sont étonnants aux yeux de la commission.
Bien que les voitures de Wolfburg et Stuttgart soient si populaires dans le monde, cela ne va pas.


EN 2013, L’Allemagne a exporté 199 milliards d’euros de marchandises (en valeur), ce qui est bien plus que ses importants. C'est non seulement l’excédent d’exportation le plus grand dans
l’histoire allemande, mais aussi à l’échelle internationale. A Washington, on sonne l’alerte depuis longtemps déjà : les déséquilibres seraient, soi-disant, une raison explicatrice de la
crise financière et la crise de l’endettement en Europe. Car des pays avec des comptes extérieurs excédentaires se retrouvent face à d’autres pays en déficit, qui doivent financer leurs
importations en s’endettant.


 Mais il ne s’agit pas là seulement de la peur d’une autre crise. Au cœur du débat il y a une question fondamentale : comment des entreprises et acteurs privés peuvent décider librement
de leur action quotidienne ? Peut-on prescrire des décisions d'investissement ? "Les hauts excédents d'exportation sont un résultat de marché et reflètent la puissance des entreprises
allemandes", indique l’économiste allemand, Christoph M. Schmidt. "Certains pays se facilitent la tâche. Naturellement il est plus difficile de libéraliser le marché du travail ou de faire
avancer sa propre recherche que d'oppresser un partenaire international.



 "Des pays avec un déficit du commerce extérieur doivent relever leurs manches"


 Le problème de la vision de pays comme la France est que chaque chose que l'Allemagne vend sur le Rhin garantit des emplois à Wolfsburg -
et justement non aux usines françaises. Déjà en 2010, la France s'était plainte : l'Allemagne, forte d'exportations, devrait faire plus de courses à l'étranger pour soutenir les pays plus
faibles de l'Europe. Seulement voilà : pourquoi le monde n'achète plus les produits français ? " des pays avec un déficit de commerce extérieur doivent relever leurs manches et réformer leurs
structures", dit Schmidt, chef de l'institut westphalien rhénan pour la recherche économique.


 Ainsi, des experts voient le problème, non pas chez les pays qui sont forts financièrement, mais dans les Etats de crise. Jeffrey D.
Sachs, l'un des économistes les plus influents du monde nous dit : "nous ne devons pas orienter nos pensées autour de l'excédent de l'Allemagne, mais autour des faibles exportations de la
Grèce", dit le professeur de Columbia. Bien que leurs produits ne soient souvent pas en concurrence avec ceux des Allemands, pourquoi alors les Grecs n’exportent pas leurs marchandises plus
fortement en Arabie Saoudite ou en Turquie ? demande l'auteur de best-sellers que New York Times appelle "l’économiste probablement le plus important du monde". Ainsi, L'Europe ne semble pas
être la meilleure solution pour tous les pays Européens.


 Sachs qualifie cette critique de l’Allemagne de « fausse et naïve ». La commission, mais aussi le FMI et les USA considéreraient
l'Union européenne comme la communauté économique fermée. Dire que l'excédent commercial de l'Allemagne est le déficit des autres pays européens, serait tout simplement une "bêtise" : "en dehors
de l'Europe, il y a toute l'économie mondiale", dit Sachs.


"Le frein idiot aux dettes"


Aussi les entreprises allemandes ont depuis longtemps d'autres marchés dans leur viseur en raison de la longue durée de la crise. "L'Allemagne atteint
de plus en plus des excédents avec des partenaires commerciaux à l'extérieur et non à l'intérieur de l'euro-zone. L'argument qui consisterait à dire que l'Allemagne met dans une situation
difficile ses euro-partenaires avec son excédent d'exportation, ne fonctionne pas » dit Schmidt.



Administrateur 17/03/2014 21:17


Merci aux germanistes de résumer les articles en allemand pour les hispanistes...